Avoir du guts

Était-ce de l’inconscience?

De l’insouciance?

Une belle naïveté?

Du guts?

J’étais enceinte de mon fils quand on m’a proposé un emploi (de rêve), au Mali. Mon obstétricienne et deux médecins de voyage m’ont fortement déconseillés de partir enceinte. Mais je suis une enfant gâtée par la vie, pas du tout habituée à renoncer et je n’étais pas prête à dire non, ni à la maternité, ni au boulot tant convoité. Alors j’ai dis oui à tout et je suis partie avec mon bedon. Sur place, une gynéco compétente, des expats avec des enfants et une tonne de maliennes enceintes ont suffit à me rassurer sur la normalité d’une grossesse africaine. Tout s’est bien déroulé et, en embrassant ce choix hors-norme, j’ai eu l’impression d’offrir en même temps à mon fils le droit d’être libre et d’écouter ses rêves, quitte à prendre des risques.

Quand le nouveau + est apparu au printemps dernier, il était trop tard pour annuler un voyage d’affaire de deux semaines en Afrique. L’expérience fut complètement différente. Mon corps (ou mon esprit?) n’a pas suivi, j’ai eu tous les effets secondaires possibles et imaginables des médicaments anti-malaria, mes nausées ont été décuplées, je n’arrivais plus à me nourrir, à dormir… En juillet, j’ai refusé d’y retourner, je ne m’en sentais pas la force. Puis, en septembre, j’ai eu une grosse frousse, un début de travail prématuré à 25 semaines de grossesse. Le repos complet a heureusement permis d’endiguer la catastrophe et je suis toujours enceinte, désormais de 34 semaines. Je me suis vue au fond de la brousse africaine,  pendant mon épisode de contractions prématurées, à 5 heures de route de la capitale, à 2 jours d’avions/aéroports de Montréal… Je n’ose pas imaginer ce qui aurait pu se produire.

Des amis viennent de quitter pour quelques mois de folles aventures en Asie : http://furetiers.sosy.ca/ (leur blogue vaut vraiment de détour). Un voyage de rêve! Et pourtant, au-delà de l’exotisme, je me surprends à penser aux dangers qui les guettent. Le trafic fou, la nourriture contaminée, les bibittes dangereuses, les gens malintentionnés qui ciblent les occidentaux… Au lieu de les envier, je regarde ma confortable maison et mon agréable quotidien tranquille (repos complet, on s’en souvient) entourée de ma famille… et je me trouve chanceuse d’avoir si peu de soucis.

Parfois, j’ai l’impression qu’en donnant naissance à mon fils, j’ai aussi accouché de mon guts.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :