Archive for février, 2010

Tombouctou, ville dangereuse?

Aujourd’hui dans les médias, cette nouvelle qui m’a fait frémir…  « Mali : 26 morts dans une bousculade à Tombouctou » Vu d’ici, ça se passe à l’autre bout du monde et on imagine vaguement la triste scène. Puis on tourne la page du journal et on oublie.

Mais Tombouctou, au-delà du mythe, n’est rien d’autre qu’une petite ville malienne très sympathique. Certes, elle est pleine de charme et a une histoire qui fait rêver, mais au quotidien, ça demeure un endroit calme  où les gens vivent un quotidien tranquille.

Quand j’y étais en avril dernier, il nous arrivait, après un jour ou deux, de croiser des maliens que l’on reconnaissait pour avoir déjà fait la conversation avec eux. Il faut dire qu’à cet endroit encore plus qu’ailleurs au Mali, les gens vont spontanément vers les étrangers. Un jeune homme à qui nous avons un jour demandé des indications vers un monument historique nous y a non seulement accompagné, mais nous a présenté à ses amis en chemin et nous a proposé de le suivre par la suite jusqu’à un match local de foot. Beaucoup plus tard le même soir, alors que nous étions perdus en tentant de retourner à l’endroit où nous logions, c’est un gamin qui a mis une heure à nous raccompagner en ville, tournant avec nous en rond en tentant d’interpréter mes indications pas du tout claires.

D’ailleurs, à la mosquée Djingareyber, où l’incident dramatique d’hier s’est produit, nous avions eu le temps de prendre paisiblement le thé…

Nous nous y sommes pointés en milieu de journée et le bâtiment datant du 14ème siècle, en rénovation, n’était pas accessible. Un musée de l’autre côté de la rue, dont le toit donne une belle vue sur la mosquée en question était aussi fermé à clé. La rue était déserte. Nous avons décidé d’attendre un peu. Quelqu’un passait par là en scooter et s’est arrêté, nous a dit que son ami, qui travaille au musée, devait être parti se reposer à la maison. Il a tenté de lui téléphoner à quelques reprises, profitant de la ligne occupée pour nous faire la conversation. Puis quelqu’un d’autre est arrivé, est allé chercher le nécessaire pour le thé.

Seuls avec nos nouveaux amis, en plein centre de cette ville du bout du monde, nous avons laissé le temps passer. Plus tard dans l’après-midi, le gardien du musée s’est finalement pointé le bout du nez, surpris de constater que des étrangers l’attendaient. Il nous a ouvert la porte, nous a laissé faire le tour des quelques salles d’exposition pas trop intéressantes, est monté avec nous sur le toit et a insisté pour prendre une photo de nous devant la fameuse mosquée. Honnêtement, nous avons dit oui pour lui faire plaisir. Avec les échafaudages, on ne voyait pas grand chose.

Paisible ruelle menant à la mosquée Djingareyber (à droite, en construction)

Ruelle déserte menant à la mosquée Djingareyber (à droite, en construction)

Difficile pour moi d’imaginer qu’à cet endroit précis, où nous avons passé un si paisible après-midi, une foule s’est hier bousculée jusqu’à s’entretuer.

*******************************************************

L’ambassade canadienne déconseille présentement à ses ressortissants de se rendre à Tombouctou. Des enlèvements ont eu lieu sur les routes qui y mènent. L’organisation Al Qaida Maghreb est présente et active dans la région. Des étrangers y ont été enlevés. C’est sérieux.

Mais j’en étais à mon troisième séjour au Mali et aller à Tombouctou m’apparaissait comme un must. Avec mon amoureux, nous avons pris l’avion pour éviter les routes. Sur place, jamais nous n’avons eu aucune crainte : il faut dire que le danger est sournois… la région n’est pas du tout en guerre, les enlèvements sont des événements spontanés et isolés.

Malgré tout, je ne regrette absolument pas ce  périple et surtout la fabuleuse randonnée à dos de dromadaire que nous avons effectuée, suivie d’une nuit à la belle étoile dans le Sahara, en visite chez une famille de nomades touareg…

Balade à dos de dromadaire

Balade à dos de dromadaire

'Jacques Languirand', mon dromadaire aux sourcils bien fournis, fait de la pub aux lock-outés du Journal de Montréal.

'Jacques Languirand', mon dromadaire tombouctois aux sourcils bien fournis, fait de la pub aux lock-outés du Journal de Montréal.

Publicités

Comments (5)

Blogue voyages ou blogue bébés? Pourquoi pas les deux!

Je suis très emballée par la bande annonce de ce documentaire sur les bébés des quatre coins du monde (merci Ce que j’ai dans le ventre).

Mais avec la sortie en salle le 16 avril, j’imagine que je vais devoir attendre la sortie dvd pour le louer, étant donné que mon p’tit mec se sera pointé le bout du nez quelques semaines plus tôt!

J’adore les bébés namibiens du début qui se chamaillent et celui qui essaie de transporter une boîte de conserve sur sa tête à la fin… Ils me rappellent les enfants maliens qui me font sourire chaque fois que je les vois s’amuser à piler du mil ou bien à transporter une poupée dans leur dos.

Les images de Mongolie semblent aussi superbes, mais avec ce pays hyper-photogénique, on ne s’attend à rien de moins. Je me souviens d’y avoir été impressionnée par les enfants qui montaient à cheval avant presque de savoir marcher! Hâte d’en voir un peu plus…

Je ne connais pas du tout les habitudes culturelles japonaises envers les bébés et j’ai très hâte de les découvrir. Le Japon a l’art d’être déconcertant, ça promet!

Quant au bébé de San Francisco, j’imagine que c’est un peu la même chose qu’ici : la folie pour tout avoir ce qui est e-s-s-e-n-t-i-e-l pour le bébé. « Oh non, on a oublié d’acheter LE mouche-bébé dont tout le monde parle, qu’est-ce qu’on va faire si le petit attrape le rhume?! » ou bien « T’es-tu inscrite aux cours de power-yoga-maman-bébé? C’est telllemeeeeent bien pour le bébé! » Bon, je fais un peu d’ironie, mais je suis moi-même embarquée dans cette roue… hier, nous sommes allés jouer dans la neige, mon amoureux et moi, et nous nous sommes rendu compte que depuis plusieurs semaines, c’était la première fois qu’une escapade dehors ne se terminait pas par un achat pour bébé.

Le bonhomme de neige des futurs parents
Le bonhomme de neige des futurs parents

L’avenir de Wala!

Au départ, ce blogue se devait être un blogue « voyages ». Avec la tournure des événements, il a pris une certaine tangente « bébés ». Je ne souhaite pas en faire un blogue de maternité (d’autres le font déjà très bien), mais je ne déteste pas l’orientation « bébés d’ici et d’ailleurs » et éventuellement pourquoi pas « voyager avec bébé »! Puisque je suis plutôt clouée à la maison pour un certain temps, mes billets se feront certainement plus sporadiques… j’écrirai quand un sujet s’imposera, comme le documentaire d’aujourd’hui.

Comments (5)